Coupe du monde de rugby 2022 : malgré une performance défensive majuscule, le XV de France s’incline de peu face à l’Angleterre

En dépit d’une énorme débauche d’énergie dans le combat et le secteur défensif, les joueuses de Thomas Darracq ont concédé leur première défaite du Mondial face aux Anglaises, ce samedi.

Le défi était immense, les Bleues n’ont pas déçu. On pourrait même dire qu’on les a retrouvées. Dresser un tel constat après cette défaite du XV de France (7-13) contre l’Angleterre, ce samedi 15 octobre lors du deuxième match de poules du Mondial, pourrait paraître présomptueux, pourtant rarement une rencontre n’aura aussi bien porté le nom de « défaite encourageante ». Et le point de bonus défensif le confirme bien.

A voir aussi : Ligue 1 : convaincant, l'OM dompte le Stade de Reims en clôture de la première journée

Si les Bleues n’avaient pas perdu leur numéro 9 Laure Sansus, meilleure joueuse du Tournoi 2022 et meilleure Française de l’année, dès la 13e minute, touchée au genou, puis vu quelques minutes plus tard leur infatigable plaqueuse et perforeuse Romane Ménager sortir après un KO impressionnant, on pourrait même la trouver franchement enthousiasmante pour le reste de la compétition .

Ce samedi, condamnées à défendre face à des Anglaises surpuissantes, elles n’ont pas pu empêcher leur meilleure ennemie et la grande favorite au sacre final de prolonger son impressionnante série de matchs sans défaite (27), mais cela faisait un moment qu’on n’avait pas vu les coéquipières de Caroline Drouin défendre avec autant d’ardeur et présenter une telle continuité sur l’ensemble d’une rencontre.

A lire en complément : Dakar 2022 : un pilote français gravement blessé dans l'explosion d'une voiture d'assistance

Après s’être régalées offensivement contre les Fidji, qu’elles ont étrillés (84-19) en marquant 14 essais, les Red Roses ont dû patienter 24 longues minutes avant de voir Emily Scarratt bénéficier d’une croisée judicieuse pour perforer la défense et marquer le premier essai du match et le seul anglais (7-0, 24e). Elles alourdissaient le score en validant deux pénalités.