Une centaine de députés demandent à la Fifa 440 millions de dollars pour les ouvriers et leurs familles

Ce fonds serait destiné à « indemniser tous les travailleurs, ou leurs familles, qui ont participé à la préparation de la Coupe du monde 2022 et dont les droits fondamentaux ont été bafoués », selon l’appel des élus français.

La demande avait déjà été portée par Amnesty International en mai. Une centaine de députés français ont signé un appel à la Fédération internationale de football (Fifa), mardi 11 octobre, en lui demandant un fond d’indemnisation de 440 millions de dollars pour les familles des travailleurs sur les chantiers liés au Mondial de football au Qatar.

A lire également : Coupe du monde de ski alpin : Hintermann et Alexander remportent ex aequo la course à Kvitfjell, Clarey finit 6e

« Nous, parlementaires de la République française, demandons aux dirigeants de la Fédération internationale de Football Association de mettre en place, dans les meilleurs délais, un fonds minimal de 440 millions de dollars », appellent ces quelque 120 députés dans un texte publié par le magazine So Foot. Les signataires, très majoritairement de gauche, incluent également des représentants de Renaissance (Sacha Houlié), de LR (Stéphane Viry) ou encore du MoDem (Bruno Millienne).

Le fonds serait destiné à « indemniser tous les travailleurs, ou leurs familles, qui ont participé à la préparation de la Coupe du monde 2022 et dont les droits fondamentaux ont été bafoués ». La somme de 440 millions de dollars équivaut à la dotation que se partageront les 32 équipes participantes.

A découvrir également : Tennis. Pourquoi la finale du tournoi à Barcelone se joue-t-elle 3 heures après les demi-finales ?

Des conditions de travail dénoncées

Amnesty International a notamment dénoncé les salaires impayés, le paiement de frais de recrutement « illégaux » et « exorbitants » ainsi que les dommages causés par les accidents du travail. Les conditions de travail imposées aux ouvriers sur les chantiers de constructions de stades ont été dénoncées par plusieurs ONG. Le bilan des décès est à ce jour incertain.

Le journal britannique The Guardian (lien en anglais) a fait état de plusieurs milliers de morts dans la population migrante venue d’Asie du Sud entre 2010 et 2020 au Qatar, toutes causes confondues. Le bilan officiel sur les chantiers n’est que de trois morts, mais l’Organisation internationale du travail ((OIT) a évoqué 50 travailleurs morts dans des accidents du travail au Qatar en 2020, ainsi que 500 personnes gravement blessées. Ce chiffre pourrait être plus élevé, selon l’organisation, du fait de lacunes dans le système de recensement des accidents.